1. Histoire des RFID

La technologie RFID a connu ses premiers pas lors de la seconde guerre mondale afin qu'il soit plus facile de reconnaitre à distance les amis des ennemis, à partir de l'"identification friend or foe", inventé au Royaume-Uni en 1939. Les RFID se sont ensuite développés dans le civil dans les années 60.


Le système d'identification "friend or foe", l'anc&ecric;tre du RFID (source : ozebook.com/suziblog/).

Mais le véritable prédécesseur du RFID a été breveté en janvier 1973 (Usa 3.713.148): Il s'agit d'un transpondeur radio passif doté de mémoire. Ce dispositif pionnier disposait de 16 bit de mémoire et était alimenté par le signal qui l'interrogeait. Ayant été conçu pour un usage douanier, il a d'abord été présenté au port de New York. Déjà à l'époque, des applications aux transports, à la banque, à la sécurité et à la santé sont envisagées. La même année, Steven Depp, Alfred Koelle et Robert Freyman organisèrent une démonstration d'un tag RFID capable de répondre aux appels, de types passifs, mais également actifs. La fréquence utilisée était de 915 MHz, et utilisait des tags de 12 bit. Le sigle RFID a été utilisé pour la première fois dans un brevet déposé par Charles Walton en 1983 (USA 4.384.288).

Aujourd'hui, le RFID est considéré comme une technologie transversale, dite "general purpose technology". Cela signifie qu'elle peut s'appliquer potentiellement à n'importe quel secteur d'activité, et à n'importe quelle étape des filières correspondantes. Ainsi, près de 4000 brevets ont été déposés jusqu'à aujourd'hui, par des grands groupes mais également par des tpe et pme, ainsi que des laboratoires de recherche.