2. Description et fonctionnement des RFID

+ Plusieurs catégories de RFID

Aujourd'hui, un système RFID est constitué de trois éléments fondamentaux :

L'étiquette RFID peut également être active, passive, semi-passive ou semi active.


Un exemple d'étiquette active, on petut remarquer la pile pour l'alimentation (source : ananiahelectronics.com)

Afin de démontrer qu'il était possible de transmettre des informations par induction électromagnétique, nous avons réalisé l'expérience suivante :


Une bobine est alimentée par un générateur, et l'autre est reliée à une ampoule. Grâce au principe de l'induction, l'ampoule s'allume. En modulant l'intensité et la fréquence du courant, il est possible de transmettre des informations à distance.

Les différentes fréquences utilisées peuvent déterminer les technologies à employer. Ainsi, la plupart des fréquences ne nécessitent pas d'alimentation du tag RFID. Ainsi, les fréquences supérieures à partir de 433 MHz (UHF Ultra High Frequencies selon la norme ISO) sont utilisées uniquement avec des tags actifs. De manière générale, il faut retenir que les hautes fréquences permettent d'échanger plus rapidement un même volume de données, tandis que l'utilisation de basses fréquences permettra une meilleure pénétration de la matière.

+ Deux modalités d'utilisation : Read Only et Read/Write

La modalité Read Only permet d'utiliser le RFID comme un code-barre. La technologie RFID permet alors de lire avec la même fiabilité les informations. De plus, l'étiquette n'a pas besoin d'être visible. Le tag peut donc être enfoui à l'interieur du produit. Le RFID est également capable d'assurer ses fonctions dans un environnement sale ou hostile (agressions chimiques, biologiques...), où le code-barre pourrait être illisible si il se tâche ou est partiellement détruit. Il est possible de lire plusieurs informations en même temps, tandis que les codes-barres devraient être lus un à un. Enfin, les informations peuvent plus simplement être clairs, tandis que les informations des codes-barres sont forcément chiffrées pour être plus facilement lisibles.

C'est surtout la modalité Read/Write qui fait la force des RFID. Grâce à elle, les informations peuvent être lues dans les conditions décrites précedemment, mais peuvent également enregistrer diverses informations au cours du temps. Ainsi, pour un produit, il est possible d'enregistrer sa provenance, son trajet, le nom des opérateurs, la température durant le trajet...

+ Les limites des RFID

les métaux

Les RFID fonctionnent difficilement dans des environnements métalliques, notamment à cause de l'effet de cage de Faraday. Ce peut être particulièrement gênant pour payer ses courses automatiquement à l'aide des RFID, car la plupart des charriots sont métalliques. Cependant, des recherches avancent pour résoudre ce problème, avec le développement de la technologie "RFID on Metal".

les collisions de signaux

La standardisation, qui fait la force des RFID, constitue également une faiblesse. En effet, toutes les puces fonctionnant a priori sur les mêmes fréquences, les signals peuvent se mêler et empêcher une bonne lecture et une bonne identification de chaque objet. Afin de séparer les signaux, il est possible de se baser sur la fréquence, la localisation, ou encore les bits d'identification.